Derniers échos du bagne

Vue de nuit de l’aéroport régional de Jizan (Arabie saoudite)

10 avril 2012 — Mille et une choses m’ont tenues éloignées de ce blog depuis un mois, avec regret. Il est donc temps de rattraper le temps perdu, en vrac.

Depuis la mutinerie du 21 janvier, Issayas Afeworki et ses hommes se sont retranchés dans le mutisme et l’agitation intérieure, encore une fois, comme au temps des purges internes dans le maquis. Ceux qui auraient vendu la mèche aux militaires renégats ont été châtiés. Ceux qui sont soupçonnés de leur être sympathiques aussi, particulièrement dans la communauté musulmane, puisque le chef est certain d’avoir eu affaire à une insurrection jihadiste. L’anciennement fidèle Abdella Jaber, le numéro trois du parti, serait décédé en détention. Un ministre, un gouverneur, un ambassadeur, un commissaire politique, de nombreux sous-officers et des membres des « troupes culturelles » du parti seraient toujours détenus et rien n’indique qu’ils ne disparaîtront pas à jamais, comme les réformistes du G15 et les journalistes de 2001, dans les infâmes oubliettes du régime.

L’impossible récupération du jet d’Issayas

Entre-temps, la débandade continue. Le général Teklai Habteselassie, commandant de l’aviation, n’a pas ménagé ses efforts pour récupérer le précieux Beechcraft du président, toujours bloqué de l’autre côté de la mer Rouge, à Jizan, en Arabie saoudite, depuis la spectaculaire défection de ses deux pilotes en octobre dernier. Une délégation de près d’une dizaine d’officiers, dont le célèbre pilote Aaron Tadesse, a même été dépêché là-bas voici deux semaines pour récupérer l’appareil. Le Beechcraft d’Issayas n’a pas pu être ramené à Asmara, sans doute pour des raisons techniques. Mais, ironie du sort, une femme, le capitaine Rahwa Ghebrekristos, a profité de la mission pour immédiatement demander l’asile politique au royaume saoudien.

J’ignore avec certitude où elle se trouve, même si des sources fiables m’assure qu’elle est détenue dans un camp militaire de Jizan et qu’elle bénéficie de l’attention du HCR. Sa famille n’a plus de contact avec elle depuis quelques jours.

Ma conversation l’autre jour avec l’ancien pilote d’hélicoptère Luul Kebreab, qui avait fait défection en 2004 dans des conditions similaires avec son appareil, tend à me faire penser que son calvaire ne fait que commencer. Détenu pendant deux ans dans le camp militaire d’Abou Arish, il a fallu une grève de la faim pour pousser les autorités saoudiennes à les transférer dans un camp de réfugiés avec d’autres va-nu-pieds érythréens, échoués là par défaut. Tous vivent aujourd’hui en Occident, dans l’anonymat. Mais après trois ans de calvaire.

Il serait bon que les amis du roi Abdallah Saoud lui fasse des offres pour les pilotes Yonas Woldbeab et Mekonnen Debesai, qui ont fui aux commandes du jet d’Issayas, et le capitaine Rahwa, puisque c’est là le prix de la dignité de ces évadés du bagne, qui ont cru et qui ne croient plus.

Publicités

Le jet d’Issaias

L’appareil IAI 1125 Astra appartenant à l’Erythrée, photographié sur le tarmac d’un aéroport non identifié (cc).

4 octobre 2012, Paris – Hier matin, deux pilotes de l’Eritrean Air Force ont fait défection avec leur appareil en Arabie saoudite et ont demandé l’asile politique à leur atterissage sur l’aéroport de Jizan.

Vers neuf heures du matin, les radars des garde-côtes saoudiens ont détecté la présence d’un avion volant à basse altitude au-dessus de la mer Rouge, en direction du royaume. Deux F-15 ont alors décollé de l’aérodrome de Khamis Mushait, avec pour ordre d’intercepter l’appareil non identifié, selon le quotidien local Jazan News.

Avant que leur avion ne pénètre trop profondément en territoire saoudien, les capitaines Yonas Woldeab et Mekonnen Debesai se sont fait connaître des autorités du royaume par radio. Deux pilotes érythréens, aux commandes d’un jet d’Israel Aircraft Industries IAI-1125 Astra SPL, demandaient la protection de l’Arabie saoudite après avoir fui le régime. Les chasseurs militaires ont alors escorté l’appareil jusqu’à l’aéroport régional Roi Abdallah de Jizan, où les deux officiers ont été pris en charge par les autorités.

Des hommes de confiance

Un membre de la famille des fugitifs m’a confirmé ce matin que les deux pilotes étaient des vétérans de l’aviation érythréenne et faisaient partie des hommes de confiance du président Issaias Afeworki. A ce titre, ils auraient ces dernières années effectué plusieurs rotations entre l’Erythrée et les bases des shababs en Somalie, ainsi que des missions confidentielles dans la région, transportant des membres du gouvernement.

Sans doute est-ce la raison pour laquelle le général Tekle Habteselassié, commandant de l’aviation érythréenne, aurait été dépêché aussitôt en Arabie saoudite dans le but de récupérer l’appareil et, éventuellement, les deux pilotes renégats. De plus, l’appareil est fort probablement le seul jet privé de l’aviation érythréenne, immatriculé ERJ901, celui-là même dont Issaias Afeworki avait fait l’acquisition, après avoir été transporté en urgence à son bord en Israël, en 1993, par l’entremise des autorités américaines, pour soigner une violente crise de malaria cérébrale.

Les défections de pilotes de l’Eritrean Defense Force ne sont pas rares. Fin juin 2004, deux officiers érythréens aux commandes de leur hélicoptère de combat M-17 avaient déjà demandé à l’asile politique à l’Arabie saoudite, sur l’aéroport de Jizan. En décembre 2006, deux autres pilotes d’hélicoptère avaient atterri dans la province qui borde la mer Rouge, face au port érythréen de Massaoua, pour fuir le régime d’Asmara. En mars 2010, un groupe d’une vingtaine d’officiers de l’aviation érythréenne avait également fui clandestinement le pays, demandant la protection de l’Ethiopie.

Au royaume d’Issaias

Des diplomates érythréens, des militaires, des vedettes de la télévision et du sport passent fréquemment le pas, profitant d’une mission à l’étranger ou d’une filière discrète pour basculer de l’autre côté et renier le régime dictatorial. L’hémorragie de la jeunesse, qui passe les frontières à pied dans des conditions épouvantables, se double maintenant d’une fuite de l’élite éduquée, et singulièrement des hommes de main les mieux formés. On saura dans les semaines qui viennent quelle mouche a piqué les deux pilotes érythréens qui ont eu le culot de fuir le pays avec l’avion du Président. Mais quelque chose est définitivement pourri au royaume d’Issaias.