Psychodrame à Gaborone

bots-17-dung-diamonds-2-High-Court-in-Francistown

15 octobre 2015, Paris — Les dix joueurs de l’équipe nationale de football d’Erythrée qui ont fait défection hier au Botswana sont toujours détenus par la police et n’ont pas encore pu rencontrer leur avocat, m’a dit à l’instant une source proche de celui-ci à Gaborone. Le psychodrame initié par leur départ clandestin de la pension où ils étaient logés et leur refus de se rendre à l’aéroport pour retourner à Asmara a même pris un tour plus inquiétant ce matin, après que le ministre de la Justice du Botswana a, au cours d’une émission de radio, affirmé que son gouvernement ne leur reconnaissait pas la qualité de réfugiés, étant donné qu’ils étaient entrés légalement dans le pays avec leur passeport et qu’ils n’étaient manifestement pas en fuite.

Entretemps, leur avocat entend introduire dès cet après-midi une demande urgente auprès de la Haute Cour de Gaborone « pour permettre aux dix joueurs d’avoir accès à leur conseil et d’obtenir la chance d’être entendus équitablement« , selon la même source.

Mais les autorités érythréennes, furieuses et humiliées par cette énième défection spectaculaire, exercent une très forte pression sur le Botswana pour le contraindre à expulser les impudents. L’ambassadeur d’Erythrée s’est même rendu personnellement au commissariat de Francistown où les joueurs ont été conduits par la police hier et a publiquement mutilé leur passeport, de manière à les invalider et faire d’eux des sans-papiers.

De son côté, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés suit leur cas de près, mais ne peut engager aucune démarche tant que leurs représentants n’ont pas eu accès aux dix garçons, qui doivent faire une demande formelle d’enregistrement.

« La situation est très inquiétante« , m’a enfin confié cette source. « Elle est surtout contraire aux traditions du Botswana, qui a toujours été un exemple démocratique et un pays d’hospitalité, même à l’époque de la lutte pour l’indépendance de l’Erythrée.« 

Des réfugiés (et ceux qui les sermonnent)

20 juin 2013, Paris — Ce grand cauchemar, ce long cauchemar de la fuite éperdue hors d’Afrique continue. Lorsque je me suis rendu en Sicile, il y a maintenant quatre ans, nous en étions déjà au même point, déjà au point de rupture de la misère et de la mauvaise gestion. Je l’ai écrit dans mon livre. Les petits caïds rançonnaient les Africains venus ramasser les abricots, pendant que les bourgeois leur tiraient dessus à coups de carabine à plomb. Les Erythréens et les Soudanais se repliaient dans les bois des montagnes de Sicile, puisqu’en ville ils étaient indésirables. Lampedusa sentait le mouroir et l’émeute. De l’autre côté de la Méditerrannée, les hommes de Kadhafi saignaient les évadés d’Afrique aux quatre veines, esclaves dociles, prisonniers utiles, jouets sexuels ou animaux de traque, avant de les envoyer mourir ou se clochardiser chez nous, sur des coques de noix, contre deux mille dollars. Aujourd’hui, les prisons de Misratah et Benghazi sont toujours pleines de fugitifs martyrisés, sans substance et sans amour. Les Egyptiens s’essuient les pieds sur les Erythréens kidnappés par les Bédouins du Sinaï. Les Israéliens travaillent à inventer l’expulsion de masse. Et les Européens déblatèrent n’importe quoi.

Nous, journalistes, écrivains ou humanitaires, nous avons raconté toutes les histoires. Nous avons épuisé notre musette. Il ne reste plus rien. Toutes les horreurs ont déjà eu lieu, les nouvelles épouvantes sont de pâles copies. Des survivants portent plainte contre l’Otan ? Peut-être bien. Nous sommes condamnés à nous répéter. Aujourd’hui, nous sommes passés de la crise humanitaire à la crise statistique. Les réfugiés sont devenus abstraits. Ils sont passés sous la toise de la sociologie et des sciences sociales. C’est fini, ils sont des couvertures d’hebdomadaires, ils n’existent plus. Le show-business les a avalés.

On marque aujourd’hui, paraît-il, la Journée mondiale des réfugiés, en même temps que les Erythréens commémorent la Journée des martyrs. Ces mômes en uniforme tombés pour l’indépendance dans les collines et les déserts de leur pays, les voici maintenant dans les Land Cruiser des trafiquants, les caves des tortionnaires du Maghreb, les bidonvilles d’Occident. Suprême ironie, triste coïncidence. Pendant leur calvaire, ils se font faire la morale par tous, la stupide dictature érythréenne et nos imbéciles heureux d’Occident. Peut-être vaincront-ils une fois de plus, envers et contre tout, contre tout le monde, toutes les prévisions. Ou peut-être ont-ils perdu, définitivement. Je n’en sais rien. Je pense simplement à tous ceux que j’ai croisé ces dernières années. Et pour une journée je hais de tout mon cœur ceux qui les prennent de haut, ici et là-bas, et je leur dis ici qu’ils sont des abrutis sans culture.

Epouvante ordinaire

12 juillet 2012, Bourdeaux — Certains prient, d’autres pleurent. Moi, je ne peux me résoudre à ne rien écrire. C’est un sortilège. J’ai appris hier, en filant comme un voleur vers le sud de la France, qu’un Zodiac dégonflé en perdition, qui était parti de Libye fin juin chargé d’une cinquantaine d’Erythréens et d’une poignée de Somaliens, avait été retrouvé l’autre jour au large des côtes tunisiennes. Accroché à ce qui restait du canot pneumatique, un survivant, brûlé et déshydraté, a raconté son cauchemar à une délégation du HCR, sur son lit d’hôpital à Zarzis. C’est une épouvante, l’un de ces nombreux récits que ceux qui s’intéressent d’un peu trop près à la catastrophe vécue par les évadés de la Corne de l’Afrique recueillent depuis des années. Sans effet, sinon celui de se voir affublé du titre un peu ridicule de « spécialiste » lorsque des confrères journalistes appellent.

Le nouveau Maghreb maltraite autant les Africains que les anciens tyrans

A chaud, deux questions me viennent à l’esprit. Que faire pour en finir ? Que va-t-il advenir du survivant ?

A la première question, une seule réponse ne suffirait pas. Mais il reste que, peut-être, se trouve là l’un des échecs les plus désastreux des révolutions arabes. Les « migrants clandestins », comme on dit stupidement, passent par la Libye ou l’Egypte pour gagner les refuges de la démocratie parlementaire. Les mafias locales, trafiquants, bourgeois et policiers, en tirent un bénéfice substantiel, de mèche avec quelques potentats érythréens en place, comme je l’ai déjà raconté ici. Sans doute serait-il pertinent de s’intéresser aussi à eux et aux politiques menées depuis l’année dernière par les nouveaux pouvoirs du nouveau Maghreb, qui maltraitent autant les Africains en transit sur leur territoire que les anciens tyrans.

A la deuxième question, il n’existe pas encore de réponse. J’imagine pourtant que le HCR, l’une des quelques agences de l’ONU qui fournissent un travail remarquable, va suivre et soutenir ce martyr, lui trouver une chambre et des médecins pendant quelques mois, avant de lui proposer l’un de ces programmes d’installation dans un pays tiers, en Amérique du nord ou en Scandinavie, qui faisaient rêver ses compagnons de naufrage, avant qu’ils ne meurent de déshydratation et coulent en Méditerranée. Notre rôle, à nous tous qui nous sentons impuissants, commencera là.

Entre-temps, on notera que le Haut commissaire adjoint aux réfugiés a appelé les navigateurs à porter secours aux réfugiés en dérive sur la mer. En contravention avec les infâmes lois sur la criminalisation de l’aide à l’immigration clandestine en vigueur en Europe, et notamment en Italie et en France.

La raison d’être

6 mai 2011, Paris. Et puis j’ai décidé de revenir… L’agitation du quotidien m’avait contraint à m’éloigner aussi d’Asmara-sur-Seine, avec pas mal de culpabilité, c’est vrai. Mais comme il est désormais acquis que « Les Erythréens », dont la rédaction a été laborieusement terminée cet hiver, paraîtront en janvier 2012 sous le label d’une belle maison parisienne, je me dit que ce lavoir collectif, cette margelle, ce blog discret, caché dans le brouillard d’Internet, cercle intime qui n’a aucune ambition particulière, retrouve une raison d’être. Je vais m’efforcer de reprendre ici le journal de sa publication.

Si j’ai raison et que je suis juste, vous viendrez.

Déménagement

3 décembre 2009, Paris. Grâce à l’amitié de Jean-Paul Mari, grand reporter au Nouvel Observateur, le « Journal des Erythréens » déménage vers l’excellent site qu’il anime depuis plusieurs années, grands-reporters.com. De carnet de bord de l’écriture d’un essai, le blog évolue vers une chronique de l’actualité de l’Erythrée, le seul de son genre dans le monde francophone. Merci à tous ceux qui sont venus ici. Retrouvons-nous là-bas.

Cliquez ici pour accéder à « Asmara-sur-Seine, l’Erythrée vue de Paris »

Un cas d’école

24 novembre 2009, Paris. L’Erythrée pose actuellement au monde un problème de géostratégie d’école. Les manigances du gouvernement d’Asmara avec les « mad mollah » de Téhéran, notamment, agitent toutes sortes de spéculations depuis plusieurs mois, dont je suis étonné de trouver si peu de traces dans la presse. Posons les faits.

Isolé depuis plusieurs années, le régime érythréen s’est appuyé, pour sa survie, sur plusieurs alliés dont les intérêts convergent avec les siens. La Chine, d’abord, qui ne manque aucune occasion de planter un petit drapeau rouge sur le continent africain et qui a formé le président Issaias Afeworki, au temps de la révolution culturelle. Le Qatar, ensuite, soucieux d’être le point d’équilibre entre le jihadisme armé et la realpolitik occidentale, qui a bien perçu dans le pouvoir de nuisance d’Asmara autour de la mer Rouge et en Afrique orientale tout l’intérêt de lui conserver son amitié et de lui accorder ses pétrodollars. L’Italie, ancienne puissance coloniale, où quelques hommes d’affaires cupides proches de la Ligue du Nord et leurs alliés au gouvernement protègent le pouvoir érythréen de toute sanction européenne, sous le prétexte de lutter contre l’immigration clandestine. L’Iran, enfin.

Rencontres bilatérales, échanges ministériels, déclarations publiques d’amitié, contrats commerciaux portant sur les télécommunications et le développement… Les deux gouvernements n’ont pas ménagé leurs efforts ces dix-huit derniers mois pour montrer au monde qu’ils ne sont pas si isolés qu’on le dit et que leur pouvoir d’influence respectif s’étend bien au-delà de leur sphère géographique naturelle. Pour les Iraniens, le prix de cet échange est la réhabilitation, à ses frais, de la raffinerie d’Assab, un port industriel situé à une quarantaine de kilomètres au nord de Djibouti, sur les rives du Bab-el-Mandeb, un goulet d’étranglement naturel qui marque la frontière entre la mer Rouge et le golfe d’Aden. Or, les contrats commerciaux stratégiques passés par l’Iran avec des pays étrangers sont honorés par une branche des Gardiens de la révolution comprenant des ingénieurs et des spécialistes du génie militaire.

On comprend dès lors que la présence de pasdarans iraniens sur les rives du point de passage des supertankers transitant entre l’océan Indien et le canal de Suez a de quoi donner quelques sueurs froides à une communauté internationale déjà aux prises avec Téhéran sur la question nucléaire. L’Iran perturbant déjà le détroit d’Ormuz par où transite le pétrole du Chatt-el-Arab irakien et du Koweit, une présence iranienne à l’ouest de la péninsule arabique fait de Mahmoud Ahmadinejad le Cerbère du pétrole moyen-oriental. Et offre un appui logistique inédit pour un pays sous pression, qui a besoin de nouvelles leviers pour tenir l’Occident et l’ONU à distance. Un premier bras de fer silencieux a eu lieu début novembre, après qu’un bateau iranien chargé d’armes à destination des insurgés chiites du Yémen et en provenance d’Erythrée a été intercepté sur un plage proche de Medi, non loin du bastion rebelle d’Al-Houthis. Le quotidien yéménite indépendant Al-Ahali, citant des sources sécuritaires yéménites, a même affirmé que les rebelles chiites du nord-ouest étaient entraînés par les Pasdarans sur le sol érythréen. Malgré les démentis de circonstance, l’ambassadeur d’Asmara à Sanaa a été convoqué et sermonné.

Alors qu’une résolution décidant de lourdes sanctions contre l’Erythrée est en cours d’examen au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, en raison de son rôle dans l’armement et le financement des taliban noirs de Somalie, l’Erythrée ne peut manquer d’être perçue comme une pièce maîtresse du « Grand jeu » que se livrent les puissances régionales et internationales dans la Corne de l’Afrique. C’est du reste, de l’aveu même de diplomates occidentaux, en raison de cette peur du pouvoir de nuisance d’Issaias Afeworki et son clan que les grandes puissances ont tant hésité à concéder à l’Ouganda, qui perd régulièrement des Casques verts dans la sale guerre de Mogadiscio, le droit de rédiger la résolution imposant un quasi embargo sur l’Erythrée. Mais enfin, le texte devrait être soumis au vote en décembre et représenterait, en raison de l’interdiction de voyager qui serait imposé au leadership érythréen, une avancée majeure dans la déstabilisation du régime. Son apport en devises est en effet essentiellement alimenté par la « taxe » obligatoire que verse la diaspora au gouvernement, sous peine de représailles envers les familles restées au pays.

C’est dans ce contexte que la « disparition » mystérieuse du ministre érythréen de la Défense, Sebhat Ephrem, du 11 au 17 novembre, en compagnie d’un cartographe et d’un opérateur radio, est interprété par certains comme la preuve que la coopération militaire, dans cette région du monde, prend des formes de plus en plus clandestines. Et de plus en plus dangereuses pour nombre de pays, et pas seulement africains.

Combat solitaire

eri100

22 octobre 2009, Paris. Je reprends de force le fil de ce blog et de mon essai après des mois de distraction et d’obligations et, entre-temps, l’Erythrée a commencé à changer de visage. Plusieurs amis journalistes m’ont appelé pour connaître mon sentiment, d’autres veulent enfin couvrir la situation dans le pays sans rien y connaître, d’autres encore reviennent après m’avoir poliment écouté, il y a de cela des semaines, finalement convaincus que quelque chose se trame sur les bords de la mer Rouge. Et moi, je réponds méthodiquement, en me répétant, alors même que je sens que leur curiosité et les moyens dont ils disposent fait filer mon livre entre mes doigts. Mais enfin, je réponds.

Des graffitis, dit-on, ont fait leur apparition sur les murs d’Asmara. « Issaias kidnappeur », « Issaias assassin » : ce qui aurait été inimaginable cet hiver encore est devenu une réalité. Des réfugiés retour du pays m’en avaient déjà parlé, au printemps, en Sicile. Des ministres expriment leur lassitude en privé. Des militaires de haut rang font défection à l’étranger. Un groupe clandestin extrêmement bien organisé, sans doute des officiers et quelques fonctionnaires, ont tenté d’assassiner le président cet été, après avoir volé son ordinateur portable dans son bureau. La présidence n’est plus inviolable. Des discussions avancées au sein du Conseil de sécurité de l’ONU évoquent des sanctions individuelles, après des semaines d’obstruction de quelques grands pays qui n’étaient convaincus par rien d’autre que l’utilité de leur indifférence. Je me suis du reste affronté verbalement, l’autre jour, à un fonctionnaire du ministère de la Défense qui s’obstinait à me soutenir qu’Issaias ne pensait pas ce qu’il dit, qu’il rêvait encore d’être ce grand Négus régnant sur l’Ethiopie et l’Erythrée que Meles Zenawi l’aurait empêché de devenir en 1991 et qu’il était protégé par son pouvoir de nuisance. Erreur d’analyse paralysante sur lequel le garçon semble revenir.

Je reviens, au fond, pour dire que le régime d’Issaias montre enfin de la faiblesse. Une fois de plus, les Erythréens libres auront mené leur combat seuls, oubliés de tous, comme ces desperados en sandales de l’ELF et l’EPLF qui ont écrit leur légende en souffrant mille morts.