Psychodrame à Gaborone

bots-17-dung-diamonds-2-High-Court-in-Francistown

15 octobre 2015, Paris — Les dix joueurs de l’équipe nationale de football d’Erythrée qui ont fait défection hier au Botswana sont toujours détenus par la police et n’ont pas encore pu rencontrer leur avocat, m’a dit à l’instant une source proche de celui-ci à Gaborone. Le psychodrame initié par leur départ clandestin de la pension où ils étaient logés et leur refus de se rendre à l’aéroport pour retourner à Asmara a même pris un tour plus inquiétant ce matin, après que le ministre de la Justice du Botswana a, au cours d’une émission de radio, affirmé que son gouvernement ne leur reconnaissait pas la qualité de réfugiés, étant donné qu’ils étaient entrés légalement dans le pays avec leur passeport et qu’ils n’étaient manifestement pas en fuite.

Entretemps, leur avocat entend introduire dès cet après-midi une demande urgente auprès de la Haute Cour de Gaborone « pour permettre aux dix joueurs d’avoir accès à leur conseil et d’obtenir la chance d’être entendus équitablement« , selon la même source.

Mais les autorités érythréennes, furieuses et humiliées par cette énième défection spectaculaire, exercent une très forte pression sur le Botswana pour le contraindre à expulser les impudents. L’ambassadeur d’Erythrée s’est même rendu personnellement au commissariat de Francistown où les joueurs ont été conduits par la police hier et a publiquement mutilé leur passeport, de manière à les invalider et faire d’eux des sans-papiers.

De son côté, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés suit leur cas de près, mais ne peut engager aucune démarche tant que leurs représentants n’ont pas eu accès aux dix garçons, qui doivent faire une demande formelle d’enregistrement.

« La situation est très inquiétante« , m’a enfin confié cette source. « Elle est surtout contraire aux traditions du Botswana, qui a toujours été un exemple démocratique et un pays d’hospitalité, même à l’époque de la lutte pour l’indépendance de l’Erythrée.« 

Défection collective au Botswana

FIFA Eritrea

14 octobre 2015, Paris — Une fois de plus, des sportifs érythréens ont profité d’un voyage à l’étranger pour faire défection et demander l’asile politique, comme aux heures les plus obscures du totalitarisme soviétique.

Dix joueurs de l’équipe nationale de football d’Erythrée ne se sont pas présentés ce matin à l’embarquement du vol qui devait les ramener à Asmara depuis le Botswana, ont rapporté mes amis de Radio Erena, confirmant des informations de la presse locale et des sources généralement bien informées. Au lendemain de leur match retour contre les « Zebras » à Gaborone, dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde de football 2018, ils ont secrètement quitté la Tati River Lodge où ils étaient hébergés et se sont rendus au poste de police, affirmant refuser de retourner dans leur pays pour des motifs politiques.

Pressée par les autorités érythréennes, la fédération botswanaise de football a bien tenté de faire en sorte qu’ils embarquent dans le vol de 18h20 pour Johannesburg, mais les dix joueurs ont fait valoir leur demande d’asile. Celle-ci est en cours d’examen par les autorités botswanaises, en lien avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Les dix garçons sont actuellement interrogés par la police au commissariat de Kutlwamo, à Francistown. Une association d’aide aux réfugiés érythréens basée en Afrique du Sud a mandaté un avocat pour les représenter, lequel a fait savoir qu’il s’opposerait en justice à toute tentative de les renvoyer de force dans leur pays.

Il est significatif de constater que les joueurs qui ont choisi de ne pas retourner en Erythrée sont précisément ceux qui y vivent. Les 14 autres membres de la délégation, notamment les joueurs, ont insisté pour dire qu’ils n’avaient aucun problème à retourner à Asmara, car ils sont sous contrat avec des clubs européens.