L’Arabie malheureuse

24 septembre 2012, Paris – C’est tout de même incroyable, la diplomatie. Une rencontre entre un ministre des Affaires étrangères et un ambassadeur, un communiqué convenu, un soupçon de jargon affadi, et voici ce qu’on peut considérer comme un non-événement. Et pourtant.

Le ministre yéménite des Affaires étrangères Adbulqader Qahtan a ainsi fait venir à son bureau, vendredi dernier, l’ambassadeur érythréen à Sanaa, Musa Yasin, pour évoquer « les relations bilatérales », comme on dit, et notamment « les conditions de sécurité » des pêcheurs traditionnels opérant en mer Rouge, au large des deux pays. Belle initiative toute de cordialité, dirait-on, entre deux nations pauvres qui se font face, séparées par les eaux poissonneuses que sillonna Monfreid.

Mais la situation est un peu plus complexe que cela. Il n’est en effet pas rare que les pêcheurs yéménites soient régulièrement kidnappés par la marine érythréenne, conduits de force en territoire érythréen et rackettés, voire emprisonnés pour quelques mois, sous prétexte qu’ils auraient pêché dans les eaux territoriales d’Asmara.

Moteurs, filets, boussoles et radios ont été pillés

Inventaire de 2012… Trois bateaux de pêche yéménites ont été capturés en février près des îles Hanish, trois autres au large du Soudan en mars. Lors de ce dernier accrochage, un soldat érythréen, qui avait eu l’imprudence de sauter à bord d’une coque de noix abordée par sa vedette, a été conduit de force au Yémen, après que le pêcheur a eu le réflexe de lancer son moteur à fond, direction la maison, pour échapper aux kidnappeurs africains en uniforme.

Début juillet, trois nouvelles barques à moteur et leurs passagers ont été piratées par les Erythréens. Le 22, ce sont quinze embarcations en fibre de verre et leurs marins que l’armée érythréenne a conduit de force de l’autre côté de la mer Rouge. Moteurs, filets, boussoles et radios ont été pillés, avant que les barques ne soient rendues. Les cent soixante pêcheurs arraisonnés ont été entassés dans trois bateaux et renvoyés dans leur pays, tandis que l’un des capitaines a écopé de six mois de geôle, sans doute dans les cellules brûlantes des bagnes des îles Dahlak.

Cela valait bien une discussion, sans doute.

 Les flics d’Issayas vont pouvoir faire la loi

Selon la dépêche publiée par l’agence yéménite Saba, les deux hommes ont également évoqué « la coordination sécuritaire entre le Yémen et l’Erythrée, ainsi que la situation de la communauté érythréenne dans le pays ». Coordination sécuritaire ? Alors que les Yéménites s’efforcent d’éteindre les foyers de guérilla des rebelles chiites du Nord, il n’est pas extravagant qu’ils se tournent vers ceux qui, pour rendre service à leurs amis iraniens, aident au transit de leurs armes vers les montagnes où l’on se bat.

Mais ce qui me frappe surtout, c’est le fait que les Yémen ouvre grand la porte aux commissaires politiques d’Asmara et leurs « moustiques », afin qu’ils puissent avoir librement accès aux camps de réfugiés où s’entassent quelques centaines de fugitifs du warsay yekealo, le service national à perpétuité dans lequel sont enrôlés de force les gamins sortis du lycée en Erythrée. Les flics d’Issayas Afeworki vont pouvoir venir faire la loi parmi les fugitifs qui ont cru, à tort, que l’autre côté de la mer les éloignerait du cauchemar du parti unique.

Le ministre yéménite, tout à son souci de prendre soin de ses cousins et cousines échoués sur les terres de l’ancienne Arabie heureuse, a même assuré prendre des dispositions pour fournir « d’avantage de services à la communauté erythréenne » exilée. Et puis, bien sûr, a assuré l’ambassadeur d’Issayas, des « arrangements » seront trouvés pour expulser vers leur terre maudite les évadés « en situation irrégulière ». On sait ce qui attend les embarqués.

Derrière les costumes, les poignées de main et les communiqués finaux, il y a la dure, la très dure banalité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s