Insécurité

8 août 2012, Bourdeaux – Quelle étrangeté, quel nuage de mystère enveloppe l’Erythrée ces temps-ci ! Avec la renaissance progressive de Mogadiscio, le recul des shabaabs, un début de paix entre les Soudans, l’unanimité anti-dictatoriale visant Issaias Afeworki, la crise de régime en Ethiopie, le lointain incendie de la Syrie, il semble que l’histoire de la Corne de l’Afrique est en train de doucement basculer dans une autre époque. Et à pas feutrés. Comme d’habitude, avec les peuples habashas, Erythréens et Ethiopiens révolutionnent en silence, passent d’un arpent à l’autre en trottinant dans leurs sandales, changent de buisson, croisent les lignes invisibles de la loi et de la nécessité, font basculer le monde pendant notre sommeil.

Faute d’expertise et d’avis pertinent, je ne parlerai pas ici de la mystérieuse maladie de Meles Zenawi, du recul des jihadistes somaliens ou des nouvelles alliances continentales. Je peux dire simplement que, à Asmara, Issaias se fait discret. Ni apparition martiale, ni déclaration fracassante, ni délire psychédélique. On croirait qu’il gère les affaires courantes de l’Etat, cette République de Salo africaine dont il pérennise encore l’illusion, sans que l’on sache trop comment.

Pourtant, celle-ci prend l’eau de toutes parts. Les Canadiens semblent déterminés, sous la pression d’une diaspora bien organisée à Toronto et ailleurs, à prendre à leur tour le régime à la gorge, en envoyant des limiers renifler dans la paperasse de la terreur organisée par les « moustiques » de l’ambassade, via le système d’extorsion de la « taxe révolutionnaire ». L’année dernière, des diplomates français m’avaient déjà demandé de les aider à prouver l’existence d’un tel schéma mafieux. On peut espérer que ce n’est qu’une question de temps avant que les pays européens ne dégainent enfin leurs polices judiciaires sous le nez des capporegime du Front populaire pour la démocratie et la justice, le parti unique.

Des signaux de fumée

Les sénéchaux érythréens sont étroitement surveillés. Les officiers supérieurs les plus impliqués dans les violentes crapuleries politiques commencent à être trop visibles. Le front de Badmé semble s’être tu depuis quelques semaines, tandis que les business opportunities des colonels érythréens dans les crises régionales s’amenuisent. A l’étranger, les séides d’Issaias ne peuvent même plus circuler en paix dans les festivals organisés par le gouvernement. Depuis l’année dernière, ils se retrouvent systématiquement avec des gamins contestataires aux trousses. Comme encore récemment, aux Pays-Bas, au Royaume Uni, aux Etats-Unis, ou en Suède, où le conseiller politique du dictateur, Yemane Ghebreab, dit « Monkey », a dû faire appel à une firme de sécurité privée pour n’être pas trop bousculé par les enfants de ses victimes, comme on le voit dans la photographie ci-dessus.

Les extraordinaires mouvements de la jeunesse en exil font d’ailleurs mouche régulièrement. La semaine dernière, après le coup de théâtre des affiches subversives collées partout dans Asmara, la surveillance dans les bars et les cybercafés a été accrue. Le gouvernement attend, il a perdu la main. Dans les campagnes, les habitants s’organisent pour venir frapper aux portes des représentants du Parti, à chaque décision absurde, à chaque rafle un peu trop scandaleuse. Un Rapporteur spécial pour la situation des droits de l’homme en Erythrée a d’ailleurs été nommé en juillet par le Conseil des droits de l’homme, avec pour mandat de se cogner aux murs des prisons d’Issaias et en rendre compte à la communauté internationale. Même les bureaucrates s’en mêlent…

Une mort mystérieuse est enfin venue troubler le calme apparent d’Asmara. Le cadavre du consul du Soudan, le major Qutbi al-Tahir, a été retrouvé l’autre jour et une enquête criminelle sur son décès a été ouverte au commissariat de Khartoum-Nord.

Des signaux de fumées, des échos lointains… Le sous-titre de ce blog, « messages confus et coups de téléphone en provenance d’Asmara », n’a jamais été plus d’actualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s