Guerre à huis-clos

Photographie de conscrits érythréens récemment enrôlés dans l’armée. La présence d’hommes aux cheveux blancs attesterait de l’intensité de l’enrôlement de force organisé par l’Erythrée. Photo diffusée sur Twitter par Eritrea Revolution.

24 juin 2012, Paris — A peine rentré d’Athènes, après une semaine bouleversante, je trouve des nouvelles toujours aussi étranges provenant d’Erythrée. Depuis près d’un mois maintenant, les fronts de Badmé et Zalambessa se seraient effectivement rallumés et n’auraient pas cessé de tonner depuis, engorgeant les hôpitaux de Barentu et conduisant le gouvernement érythréen à distribuer des Kalachnikovs aux habitants de l’ouest et à mobiliser en nombre, même parmi les plus âgés, ainsi que semble l’attester la photographie diffusée par des activistes de la diaspora.

Des échanges d’artillerie et des assauts de commandos seraient quotidiens, dans et autour de plusieurs localités frontalières. Prisonniers par dizaines, morts enterrés à la va-vite, blessés cachés aux familles, colonnes de paysans déplacés : voilà ce que j’apprends, dans ce grand et invraisemblable silence entretenu par les deux gouvernements et l’absence de moyens des grands médias internationaux. Sans même que ceux qui m’informent ne paraissent sidérés comme je le suis par la réalité de cette guerre secrète, tuant sans un bruit, là-bas en Afrique, faisant éclater des obus dans la torpeur de l’ouest érythréen sans qu’un écho ne parvienne à l’étranger qui ne soit au conditionnel.

S’accomoder du silence

Il est tout de même assez fou d’imaginer qu’une nouvelle guerre entre l’Ethiopie et l’Erythrée ait lieu depuis fin mai sans que rien ne filtre. L’Erythrée se tairait pour ne pas avouer sa faiblesse, le major-général Haile Samuel « China » s’étant apparemment accroché avec quelques colonels subordonnés qui lui ont fait comprendre que leurs hommes étaient affamés, mal équipés et démotivés… Et sans doute aussi pour ne pas égratigner la mâle assurance dans lequel il se drape depuis l’étrange crise du mois d’avril ou effrayer les investisseurs de la mine d’or de Bisha, déjà bien mal en point. L’Ethiopie pour ne pas être traitée comme d’habitude de va-t’en-guerre impérialiste, alors qu’elle se trouve déjà engagée en Somalie et sur quelques fronts intérieurs et devant par-dessus tout ça lutter contre son image de « marionnette des Etats-Unis »

J’imagine que les services de renseignement occidentaux ont au moins une idée vague de ce qui se déroule dans les plaines du Tigré et du Gash-Barka, s’ils ne sont pas régulièrement briefés par les machines à propagande des deux camps. Mais peut-être tout le monde s’arrange-t-il commodément du huis-clos. Ou peut-être, et ce serait aussi fou, tout cela est-il l’une des plus belles opérations de mensonge organisé de l’ère d’Internet.

Publicités

Le droit de protester

12 juin 2012, Paris – Nécrosé par une violente crise de la finance, l’Occident a continué à clouer son propre cerceuil ces dernières semaines, en s’en prenant violemment aux migrants venus tenter de construire leur existence sur les terres de la démocratie parlementaire.

En Israël, l’ignoble manifestation de la fin du mois de mai a libéré les bandits. Les appels stupéfaits de quelques rabbins et les protestations des humanistes, dans ce pays, n’ont plus guère de prise. Depuis l’émeute imbécile, les agressions ont été régulières autour de Tel-Aviv. Tabassages aléatoires, incendies criminels, graffitis racistes partout dans les rues de la banlieue ont sont massés les Erythréens et Soudanais qui ont survécu à la mortelle randonnée de la frontière égyptienne.

Les rafles et les expulsions massives ont commencé. On frappe aux portes, à l’aube. On saisit les Noirs dans la rue. Prison, menottes. On construit en urgence un centre de détention dans le désert, spécialement pour eux. Pour l’heure, seuls les Ivoiriens et les Sud-Soudanais peuvent être raflés. Le gouvernement de droite espère demain pouvoir faire de même avec les autres. Avec les Erythréens, notamment, en plein accord avec l’infâme ambassadeur de la dictature en Israël.

En Suisse, aiguillonnés par des cerbères trouillards, les parlementaires s’apprêtent à voter en urgence une loi scélérate, excluant les déserteurs du droit à obtenir le statut de réfugié dans la Confédération. Or, tout fugitif érythréen est un déserteur, puisque le pays est une caserne de travaux forcés.

En Grèce, les nazillons du parti fasciste Aube dorée, tous les soirs, patrouillent les rues des quartiers de la misère, à la recherche de Noirs ou de quelconques Afghans. La police grecque arrête une poignée de ces miliciens, quand elle parvient à les identifier. Des hommes, des femmes, pas bien vieux pour la plupart. Quelques mineurs, même.

L’Occident se ronge les mains

Nous y arrivons. L’Occident ne se contente pas d’agoniser, tué à petits feux par l’argent fictif sur lequel il avait bâti sa marche en avant, sa culture idiote, son assurance de notaire. Non. Maintenant, il se ronge les mains.

Et ceux qui haussent le ton pour dire aux électeurs des partis de l’inculture et de la morgue qu’ils sont des fanatiques écervelés, des abrutis bercés d’illusions bien laides, des esclaves imbéciles qui nous conduisent tous au désastre — ceux-là sont renvoyés dans les cordes. Ils sont disqualifiés au prétexte qu’ils seraient des « bobos » ou des habitants « du XIème arrondissement de Paris », injure infamante à la mode qui ne signifie rien.

Non, pour apaiser les aboyeurs, il faut leur donner un peu de chair fraîche. Là-bas, des rafles, des expulsions de masse et des expéditions punitives. Ici, des éructations, des quotas, du cas-par-cas, de la rétention, qui ne seront de toute façon jamais suffisantes. Il s’agit de faire l’économie d’une réflexion élaborée, il paraît que c’est pour notre bien commun.

Oui, les électeurs de la droite xénophobe israélienne, grecque et française sont des partisans de la violence, par incurie et par malveillance. Et ils ont le cuir bien assez épais pour supporter cette injure, si c’en est une. Alors, le combat contre eux doit se faire les yeux dans les yeux. Pour ceux qui ont un tant soit peu de force de raisonnement et d’observation, il ne s’agit pas d’ignorer leurs lubies, mais bel et bien de s’opposer à leur toxicité, par la parole publique. Non parce qu’elles seraient « immorales » ou « anti-républicaines », mais tout simplement parce qu’elles sont erronées, irréelles, dangereuses pour l’intérêt général et potentiellement criminelles. Raison et déraison ne devraient pas être des opinions équivalentes sur la terre des Français.

Un raisonnement qui conduit à la guerre

Mais non, nous sommes sommés de nous taire. Pour les désarmer, on courtise les abrutis. Nous, nous sommes, paraît-il, « loin des réalités ». Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Que les citoyens éduqués, cultivés et conscients, sous prétexte qu’ils sont minoritaires, doivent s’effacer devant les idôlatres de la brutalité ? Du reste, comme les électeurs des campagnes surtout terrorisés par leur télévision, nous ne croisons jamais d’étranger, n’est-ce pas, rencontre du troisième type qui serait la marque définitive du droit à être un imbécile… Et cela au nom du « réalisme », du « pragmatisme » et du « sérieux ». Quelle plaisanterie !

D’où qu’ils soient, où qu’ils vivent, que les esprits lamentables qui ne supportent pas les mécréants de leur quartier soient choyés, comme si au nom de la souffrance qu’ils s’infligent par idiotie ils avaient acquis le droit de se comporter comme des brutes, est tout simplement aberrant. Ce raisonnement nous conduit à la guerre. Que l’on ne vienne pas nous opposer une barbe, une de ces ignobles burqa ou une échoppe de gros et demi-gros. Cette colère vaut pour tous.

Je ne prétends pas savoir comment gérer les angoisses de mes contemporains. Je prétends simplement qu’il est insupportable que cela soit devenu la pierre de touche de la pratique politique de notre monde qui s’écroule. Que les termes du débat sont bien mal posés, trop mal posés, par une société qui a majoritairement abdiqué, hypnotisée par les antidépresseurs. Qui ne cherche plus à se grandir par l’éducation et la culture. Qui se contente de réagir, comme si c’était légitime et suffisant. Une mentalité d’antibiotique.

Mourir encore pour Badmé

3 juin 2012, Paris – Il y a quelques jours, ce qui reste de l’antique Front de libération érythréen annonçait la reprise, dans la nuit du 28 au 29 mai, d’opérations militaires éclairs éthiopiennes dans le secteur de Badmé, cette poignée de cahutes essaimée dans la plaine étouffante du Tigré, pour laquelle les armées d’Addis Abéba et d’Asmara se sont sauvagement jetées l’une contre l’autre un jour d’été 1998.

Imprécise, invérifiable, cette annonce faite par les vieux « Soudanais » du FLE n’a été suivie d’aucun effet, d’aucun écho, comme un coup de feu tiré au hasard dans le désert. Il n’y a personne, là-bas, de toute façon, dit-on. Quelques familles tigréennes taciturnes et des soldats taiseux. Les revues de l’opposition érythréenne sont toutes occupées à leur bavardage théorique. La presse internationale n’a plus les moyens de s’y intéresser.

Aujourd’hui, le site Internet d’opposition Assena et ses sempiternelles « reliable sources » affirment que les Ethiopiens ont pris possession du village de Deda, dans le secteur d’Elala, une localité perdue sur les cartes d’état-major. Les unités de conscrits érythréens, malgré les renforts, n’auraient rien pu faire contre les commandos éthiopiens.

Le long de ce rivage des Syrtes poussérieux, quelque chose a lieu, hors du monde, hors du temps.

D’ici, on en est réduit aux conjectures. Et moi, aux questions : pourquoi, depuis quelques semaines, services de renseignements et diplomates européens cherchent-ils à esquisser les scénarios de l’après-Issaias Afeworki ? Pourquoi présente-t-on discrètement, comme une hypothèse à l’étude et rien d’autre, l’idée d’un raid éthiopien pour donner le coup de grâce aux étrangleurs d’Asmara ?

Là-bas, à la surface de cette planète lointaine, des hommes et leurs kalachnikovs jouent leur vie pour des arpents de cailloux. Le long de ce rivage des Syrtes poussérieux, éparse dans une steppe balisée par des règles juridiques et des pauvres gens recuits par le soleil, quelque chose a lieu, hors du monde, hors du temps. On peut le dire, on peut l’écrire, malgré tout. Mais en abandonnant l’outillage du journalisme, équipement cadastral décidemment impuissant pour qui veut parler des hommes et de leurs rages.